In memoriam : Manuel Jésus VEIGA

Au fil des années, engagés dans nos parcours professionnels ou dans des actions personnelles au long cours, nous pouvons être amenés à côtoyer des compagnons de route, proches ou plus éloignés, frères humains aux objectifs convergents dans des mesures variables avec nos propres objectifs, mais avec qui nous pouvons tout de même nouer des liens de compréhension. La route partagée peut être très discontinue sans que la qualité ou l’importance de ces liens de compréhension n’en soient diminuées… El lorsqu’un de ces compagnons de route disparaît, les conséquences de ses actions peuvent perdurer après lui sans qu’il y soit prêté attention mais nous pouvons aussi décider de nous souvenir de lui et rappeler autour de nous ses engagements et ses actions…

Au fil des années passées, j’ai croisé Jésus VEIGA à diverses reprises lors de réunions professionnelles et j’avais pu apprécier les capacités d’échanges et de négociations qu’il exerçait dans le cadre de ses activités au sein de la Fédération des Chasseurs de Gironde. Mais ce n’est qu’en 2016 que j’ai pu découvrir un autre pan très important de ses activités tournées vers la protection de la nature et de la biodiversité en tant que maire du Porge : cette découverte s’est produite à partir de l’appui que l’équipe de l’ARB Aquitaine a apporté cette année-là à sa commune dans le cadre du concours « Capitale de la Biodiversité », où la commune a été finaliste dans la catégorie des « petites villes ». A ce moment, j’ai donc découvert la longue liste des actions menées sous sa direction pour protéger nature et biodiversité communales. Constatant ma grande méconnaissance le concernant, j’ai demandé un appui à Jean-Francis Séguy (Fédération des Chasseurs de Gironde) et à Valentin Désiré (responsable à la mairie du Porge du Pôle Technique et Environnement) pour produire le texte qui suit à sa mémoire.

Alain Dutartre

 

Le monde de la chasse

Après une thèse universitaire sur les copépodes (petits crustacés vivant en eau marine ou en eau douce, souvent très abondants dans le plancton) de l’estuaire de la Gironde, Jésus Veiga a rejoint la Fédération des Chasseurs de Gironde en 1985. Il y a débuté en tant que technicien responsable du service technique puis est rapidement devenu directeur de cette structure.

Il a mis ses connaissances scientifiques au service du monde de la chasse. Il savait que c’était le seul moyen pour que les chasseurs soient entendus et reconnus. Il en était fier ! Pendant longtemps, il a œuvré pour la défense d’une chasse raisonnée, en adéquation avec sa vision de la nature, qui s’attachait avant tout à la défense des habitats et des espèces.

Pour Jésus, la transmission des savoirs était un impératif. Ainsi, il a même, pendant quelques années, donné des cours d’écologie en licence de géographie à Bordeaux. Grâce à cela, un nouveau partenariat a pu naître entre géographes et chasseurs. En ont découlé deux publications, une sur le Bassin d’Arcachon, l’autre présentant un atlas sur les propriétés gérées par les chasseurs.

Ses nombreuses publications, seul ou en collaboration, montrent l’étendue de ses compétences et de ses connaissances. Il aimait transmettre son savoir, son amour pour la Nature et sa passion pour la chasse. Certains de ses stagiaires travaillent maintenant dans l’environnement (Fédération de chasse, centre ornithologique…) et poursuivent son travail, tout en respectant sa philosophie.

Pour en savoir plus sur ses publications concernant la chasse

 

Un maire œuvrant activement pour l’environnement

Adjoint de 1989 à 2001, Jésus VEIGA a été élu maire du Porge en 2008 puis réélu en 2014. Durant toutes ces années, il s’est engagé pour la protection et la valorisation de l’environnement. Ainsi, dès 1995, un vaste projet de remise en eau de l’étang de Langouarde a permis de conserver cette zone Natura 2000 et d’y voir prospérer la faune et la flore inféodées à ces zones humides. Un Plan de Gestion réalisé en 2014 a notamment permis de mettre en place une gestion écopastorale du site en partenariat avec le Conservatoire des Races d’Aquitaine.

En 2017, dans le cadre du PLU et des Opérations d’Aménagement et de Programmation, Jésus VEIGA et son équipe municipale ont souhaité limiter l’artificialisation des sols, favoriser la biodiversité et renforcer les trames vertes et bleues. Ainsi, le réseau hydrographique, géré en partenariat avec le SIAEBVELG, bénéficie désormais de mesures de protection dans ce document d’urbanisme. Un plan de Gestion Différenciée des Espaces Verts a également été mis en place.

La zone littorale, soumise à une forte pression touristique, est en cours de restructuration dans le cadre du Plan Plage avec des objectifs de préservation de l’environnement et de maintien de la biodiversité. La partie forestière de la commune n’a pas été oubliée, avec un renforcement de pratiques de gestion durable de la forêt depuis 2008.

Ces actions aux conséquences bien perceptibles au niveau communal ont également fait l’objet d’importants efforts pour les valoriser à une plus large échelle, comme depuis 2015 l’organisation d’un forum annuel de la biodiversité rassemblant tous les partenaires et acteurs de l’environnement du territoire et de nombreux visiteurs. Jésus VEIGA a toujours préféré préserver et valoriser plutôt que sanctuariser et il déclarait à ce propos « D’une manière générale on ne protège bien que ce que l’on apprécie ou ce que l’on aime. En matière de biodiversité il en est de même. »

Cet objectif de valorisation s’est traduit par la publication du livre vert du Porge, recueil de bonnes pratiques en faveur du Développement Durable, en 2010, puis en 2015 de l’ABC du Porge, récompensé par le trophée des A21 du Département de la Gironde en 2016. La commune du Porge a également été finaliste du concours « Capitale Française de la Biodiversité » en 2016 et 2017. Toujours en 2017, la collectivité a obtenu le label européen « Territoire de Faune Sauvage ». Enfin, l’A21 a été reconnu par le Ministère en 2011 et le deuxième plan d’actions vient d’être approuvé en fin d’année dernière.

Pour en savoir plus sur les engagements de la commune en matière de développement durable.

 

Manuel Jésus VEIGA est décédé fin juin de cette année. Ses obsèques ont réuni de très nombreuses personnes venues lui rendre un dernier hommage. Cependant, ses actions et ses contributions à la protection de la nature et à l’établissement de meilleures relations entre les humains et leur environnement (et pas seulement à l’échelle communale) vont continuer à produire leurs effets dans le futur : à nous de faire en sorte de promouvoir une autre sorte d’hommage à continuer à lui rendre en les poursuivant dans le même sens et avec le même engagement que les siens…

 

Valentin Désiré, Alain Dutartre, Jean-Francis Séguy.